3 célébrités qui ne correspondent pas à l’idée qu’on se fait d’elles

Allé ! Parce qu’aujourd’hui, on a envie de parler de sujets plus « svelte » que les troubles alimentaires (t’as compris le jeu de mots ? Troubles alimentaires – Svelte ! LOL) et que, d’une certaine façon, ces deux sujets ont beaucoup en commun : voici la liste des 3 célébrités qui valent vraiment la peine d’être prises pour exemple, et dont l’image qu’on se fait d’elles ne correspond pas du tout à la réalité !

Comme vous mesdames, j’éprouve un amour ardent pour les Kardashian ! Mais, soyons honnêtes, ces filles n’ont rien fait d’autres que d’utiliser une richesse déjà existante dans le but d’entretenir leur image et de grandir professionnellement (donnez moi leurs millions, et on verra si je suis toujours en galère pour trouver un stage !) Alors, loin de moi l’idée de vous bassiner avec des modèles politiques ou des figures historiques qui risqueraient de faire grandir votre culture et vos ambitions ! Non non. Aujourd’hui, je vous parle bien de strass et de tapis rouge !

 

Blake Lively 

Une bombe pour certain, une bombe pour d’autres. J’avoue ne jamais l’avoir considéré comme un modèle physique à suivre. En fait, jusqu’à cette année, je n’étais pas particulièrement fan (ce mot immonde) de l’actrice. Pourtant, alors que j’apprenais à la détester dans Gossip Girl ou dans Adaline, je m’intéressais un peu plus à son profil personnel au travers des réseaux sociaux (tout ce que je dé-conseil de faire quoi), et ce à la suite de la sortie de Deadpool, ce CHEF D’ŒUVRE réalisé par Ryan Reynold qui n’est autre que le mari de Blake. Et vous savez ce qu’on dit « derrière chaque grand homme se cache une femme ! »

Et bin BINGO ! Quand on fouille un peu, voilà ce qu’on découvre : une femme-enfant, bientôt mère de deux gosses, entièrement dévouée à son mari et à sa carrière, pleine d’humour et d’autodérision (et j’insiste sur le pleine !) comme en témoigne ces photos !

…I clearly don't deserve this special treatment.

A post shared by Blake Lively (@blakelively) on

 

 

Ajoutez à ça les nombreuses causes pour lesquelles l’actrice de 29 ans se bat, à savoir celles qui visent à loger les sans abris, à offrir l’éducation pour toutes, à protéger les requins, ou encore à inciter les femmes et les jeunes filles à se sentir heureuse dans leur corps, cette fois au travers de photos déconplexantes de gâteaux dégoulinants, de muffins… On est donc bien loin de l’image de la femme parfaite et glamour qu’elle nous renvoie dans ses films, et plus proche d’une image réelle de la femme, ce qui la rend d’autant plus sympathique et digne d’intérêt !

 

 

 

Miley Cyrus

Je sais, ce choix ne mettra pas tout le monde d’accord… Mais je m’en fiche, c’est mon article après tout ! Alors pourquoi Miley, hein ? Sachez que, quand elle ne twerk pas, quand elle ne caresse pas ses parties intimes et quand elle ne tire pas la langue, c’est une fille plus qu’admirable aux nombreux talents, aussi dévouée aux causes qui la touche que Blake peut l’être et particulièrement drôle que l’on découvre !

Pour mieux comprendre le personnage qu’incarne Miley Cyrus, encore faut-il retracer son parcours. Miley Cyrus, c’est quoi ? Avant de ne classer « Twerkeuse pro » dans sa liste de choix APB, Miley Cyrus était connue pour le rôle qu’elle incarnait dans la série Disney Channel « Hannah Montana ». Rapidement, la jeune fille s’est retrouvée catégorisée au rang d’actrice Disney, condamnée à rester en son état de gamine asexuée à vie. Finalement, prise d’ambition, Miley lança sa carrière musicale en 2010, mais ne parviendra pas à percer par manque de crédibilité ! C’est alors qu’en 2013, lasse d’accorder des interviews dans lesquelles elle prétendra ne jamais jurer ou d’avoir à porter une bague de pureté, la jeune fille réalisera sa fameuse prestation des VMA qui laissera tout le monde sur le cul (et c’est le cas de le dire maggle) ! A l’époque, on reprochait à Miley son changement radical de comportement (de celui qu’on lui a imposé et étiqueté, plutôt) et sa vulgarité. Aujourd’hui, on comprend qu’il s’agissait plutôt d’une forme de « coming out » visant à briser radicalement cette image de « star Disney » dans laquelle on l’avait rangée. Un autre exemple similaire serait celui de Lady Gaga, qui depuis le début de sa carrière en 2008 se cache derrière des déguisements toujours plus excentriques afin de garder l’attention portée sur elle, et qui commence seulement maintenant à assumer sa face normale. Toutes deux ont donc suivis cette célèbre citation que je viens d’inventer « Choquer pour mieux s’affirmer » !

 

En fait, la vraie Miley Cyrus (après je sais pas je partage pas son lit) est une nana à l’esprit hippie, veggan (pas seulement pour la gueule, mais parce qu’elle aime vraiment les animaux), fervente supportrice de la cause LGBTQ et féministe. Dans une récente interview accordée au ELLE US, la chanteuse affirmait ne plus désirer marcher sur le tapis rouge, car « Pourquoi je défilerai sur un tapis de couleur rouge alors que d’autres meurent de faim dans le monde ? »

who says u can't eat your "tuna" and love them too! Yippie! #vegantoona #coolpeopledoincoolshit #peaprotein

A post shared by Miley Cyrus (@mileycyrus) on

 

 

Emily Ratajkowski

J’aurai pu taper n’importe quelles lettres sur mon clavier plutôt que de me fatiguer à écrire son nom, personne ne va essayer de le lire de toute façon…

Emily est donc une mannequin et actrice Américaine au physique plutôt avantageux et particulièrement réputée pour ses clichés déshabillés. Hyper décomplexé, la model de 25 ans ne passe pas une semaine sans dévoiler ses courbes sur ses réseaux sociaux, et c’est l’une des raisons pour lesquelles elle apparaît dans ce classement. En fait, Emily a toujours défendu la cause des femmes. Féministe engagée, elle exprime au travers de ses photos l’importance de la libéralisation du corps de la femme, de quelque façon que ce soit. Ainsi, dans un récent tweet, elle renvoie l’homme à une réalité dérangeante : celle de la sexualisation constante du corps de la femme.

em2

« Les hommes occidentaux en 2016: vous voulez interdire aux femmes de se couvrir de leur propre volonté sur la plage, puis vous voulez que les femmes couvrent leurs corps « vulgaires » à la maison »

 

 

A post shared by Emily Ratajkowski (@emrata) on

 

An excerpt from my essay for @glamourmag 👀 read the rest online now. LINK IN BIO

A post shared by Emily Ratajkowski (@emrata) on

 

« Il est absurde de penser que le désire de plaire ne concerne pas les femmes aussi bien que les hommes. Pourquoi est-ce que les femmes devraient être d’avantage jugées pour ça ? Et même si une femme s’apprête pour attirer l’attention, d’un homme ou autre, est-ce que ça la rend coupable de quoi que ce soit ? Ou moins « sérieuse » ? Notre société ne questionne pas les hommes sur leur motivation lorsqu’ils retirent leur t-shirt, quand ils se rasent ou quand ils parlent de politique – et elle ne devrait pas ! Désirer de l’attention n’a pas de genre. C’est humain. Le monde d’un idéal féministe ne devrait pas être celui où les femmes suppriment leurs instincts humains pour l’attention et le désire. Nous ne devrions pas être accablée avec la responsabilité d’avoir à expliquer chacun de nos mouvements. Nous ne devrions pas avoir à nous excuser de vouloir attirer l’attention non plus. On ne doit aucune explication à personne. Ce n’est pas notre responsabilité de changer la façon dont nous sommes perçues-c’est à la société de changer la façon dont ils nous perçoivent. »

Linda K.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *